Mobirise

Haut potentiel

Avant toute chose, il faut savoir qu’il n’existe pour le moment encore aucun consensus sur le terme « haut potentiel (HP) », les scientifiques n’arrivant pas à se mettre d’accord sur une définition. Il n’existe pas non plus de critères diagnostiques à ce jour. Cependant, le haut potentiel existe bel et bien.
D’un point de vue neurophysiologique, les personnes HP ont des habiletés intellectuelles supérieures associées à une exécution plus rapide des processus cognitifs. Leur vitesse de conduction nerveuse est plus rapide que la normale.
Typiquement, les personnes HP peuvent présenter des difficultés scolaires (ennui, décrochage, etc.), relationnelles (comportement, liens sociaux, etc.) et/ou individuelles (développement personnel, manque de repères, etc.).
Le diagnostic du HP se pose après la réalisation d’un test de quotient intellectuel qui doit s’effectuer chez un neuropsychologue. En fonction des résultats, une prise en charge peut être proposée selon les plaintes du patient. Sachez cependant qu’il vaut mieux attendre que l’enfant atteigne l’âge de six ans pour réaliser des tests dont le résultat serait fiable. En effet, avant cet âge le cerveau est toujours en maturation, c’est-à-dire qu’il est toujours en train de se construire.

Liens et lectures intéressantes :

- Le zoo extra-ordinaire d’Annick Mélin https://hautspotentielsetemotions.wordpress.com/

- « 100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel » de O. Revol, R. Poulin et D. Perrondin. 2015.

- « Moi, surdoué(e) ?! De l’enfant précoce à l’adulte épanoui » de H. Magnin. 2010.